Pourquoi et comment le télétravail sera la règle chez PSA

Gros impact médiatique de l'annonce de PSA par la voix de Xavier Chéreau, Directeur des Ressources Humaines et de la Transformation du Groupe PSA ce matin aprs la publication hier (06/05/2020) des nouveaux principes de modes de travail chez PSA.


Le projet est de faire du télétravail LE mode de travail chez PSA pour les postes le permettant. Il y avait déjà de nombreuses raisons avant le Coronavirus pour les entreprises de mettre en place le télétravail. PSA est convaincu que les anciennes (bonnes) raisons, ajoutées à la crise sanitaire et les efforts d’adaptation qu'elle a demandé méritent de considérer le télétravail comme la norme désormais.


Les vidéos: édito BFM, BFM: interview de Xavier Chéreau, ... Les articles :

Le Figaro, Les échos, Usine Nouvelle, ...



Pourquoi ?

Les entreprises qui réfléchissent voient bien qu'elles ont affaire à un casse tête. Si cela peut prêter à rire, c'est très sérieux.


Le télétravail reste "un objet sans désir" pour beaucoup, mais la situation fait que maintenant tout le monde y a gouté. Il y en a qui ont détesté, il y en a qui ont adoré ou en tout cas qui veulent continuer : 73% des télétravailleurs (58% des « nouveaux » télétravailleurs) selon Malakoff Humanis.


Le télétravail présente de très nombreux avantages (et des inconvénients non négligeables qu'ils faut savoir adresser) comme nous l'avons souvent discuté.


Il est des postes (production, R&D chimie, biologie, ...) où le présentiel est indispensable pour pouvoir travailler. Là, c'est compliqué, mais il faut s'adapter à la situation sanitaire, temporairement, espérons-le.


Pour les postes où le présentiel n'est pas indispensable, on a un choix simple :


1-Se compliquer terriblement la vie en voulant revenir "comme avant"

En effet, le nombre de soucis sous-jacents (réaction humaine, sécurité, responsabilités, ...) pour l'employeur est impressionnant. L'avantage cependant est de ne pas avoir à remettre ses pratiques en question, en particulier au niveau des relations humaines et pratiques de management en cette période déjà compliquée. Mais n'est-ce pas reculer pour mieux sauter ?


2-Mettre en place un nouvel équilibre

La présence sur les sites, en particulier tertiaires, peut être mise entre parenthèse, au moins pendant un moment, voire "définitivement" comme veut le faire PSA.


La position de PSA

Si vous voulez remonter à la source avec le communiqué de presse de PSA à ce sujet, vous trouverez tous les détails que je vous propose de regarder de plus près.


Il s'agit d'un projet, nommé New Area for Agility (Nouvelle Ère pour l'Agilité in French), non encore finalisé, présenté par la Direction de PSA.


Selon cette approche, la principale mesure est que le télétravail deviendra la norme pour les postes non liés à la production (activités tertiaires, commerciales et R&D) avec une présence sur site d’une journée à une journée et demi par semaine, en moyenne.

A ce stade, je ne peux pas résister au plaisir de partager une diapositive de 2018 de ma soutenance à La CCI Lyon "Je construis mon projet" qui s'avère, avec le recul, pas si "à coté de la plaque" que ça. Mais c'est une autre histoire ...



Il est intéressant d'analyser les raisons de la mise en place de ces "nouveaux" modes de travail.

  1. La sécurité face à la situation sanitaire d'après confinement : "Une démarche en cohérence avec le principe intangible de protection des salariés et de l’entreprise"

  2. La réduction des trajets Domicile-travail et donc des émissions de GES (gaz à effet de serre) : "Un projet qui participe à la performance environnementale du Groupe PSA par une réduction de l’empreinte carbone de l’entreprise ". On appréciera que l'argument viennent d'un constructeur automobile lui-même.

  3. Un constat qui pourrait en faire réfléchir beaucoup : "Une plus grande complémentarité entre le travail à distance et l’expérience collaborative et collective proposée sur les sites". En effet une question se pose depuis le début de la mise en place du télétravail: "Pourquoi va-t-on travailler sur un site quand on peut télétravailler ?". Aucune entreprise ne donne une réponse claire à cette question centrale. Peugeot semble ici vouloir le faire : télétravail = temps individuel et travail sur site = temps collectif et collaboratif. C'est pourtant pas si difficile, une fois que c'est dit. Quel est vraiment l’intérêt d'aller sur un site si c'est pour passer une journée dans un open space avec des écouteurs sur les oreilles pour ne pas être dérangé(e) ? Il faut une bonne raison, et cette raison c'est d'interagir, de réfléchir, de partager. "Mais c'est évident" ? Pas si sûr que ça si vous vous êtes baladés dans des "espaces collaboratifs" récemment...

  4. Et enfin un argument efficacité (incontournable) et RPS/QVT avec l'équilibre de temps de vie en particulier ... "Un projet qui favorise l’agilité, l’efficience et un meilleur équilibre vie professionnelle/personnelle, développé en co-construction avec les partenaires sociaux dans la continuité de l’accord « Motivation et Bien-être au Travail »"

Quel est vraiment l’intérêt d'aller sur un site si c'est pour passer une journée dans un open space avec des écouteurs sur les oreilles pour ne pas être dérangé(e) ?

Certains arguments ne sont pas mis en avant dans le communiqué de presse, ce qui n'empêche pas les journalistes de BFM d'extrapoler sur un autre avantage de cette position de PSA : des économies substantielles dans le domaine de l'immobilier à terme.


Globalement, on retrouve tous les arguments naturels : sociaux, sociétaux, environnementaux et ... financiers en faveur du télétravail, plus un argumentaire de développement consenti pour la crise (doublement des capacités informatique, ...) qu'il serait intéressant de rentabiliser aussi.


Analyse de l'accompagnement

Pour PSA, le Coronavirus est donc l'occasion de sauter le pas. Il est même avancé que "Le Groupe saisit cette crise comme une opportunité pour se transformer et façonner une nouvelle entreprise". Mais quel accompagnement ? Car depuis longtemps, même si le nombre d'entreprise le prenant au sérieux est très réduit, le télétravail demande préparation et formation.



PSA présente, sept mesures court terme d'accompagnement de sa décision avant le "roll-out":

  • Prise en compte des spécificités des métiers et des opportunités d’accélération de la digitalisation

  • Identification des besoins de venue sur site et des nouveaux usages associés pour renforcer la complémentarité de l’expérience collective sur site et de l’expérience digitale et à distance.

  • Définition des nouveaux espaces (lieux de rencontre, de création, d’apprentissage, d’évènements, plus flexibles et plus collaboratifs) et des services associés

  • Identification des besoins complémentaires en outils numériques (renforcement de l’usage de la vidéo, des outils d’animation d’équipes à distance, de réservation des espaces sur site…)

  • Redéfinition des règles de travail à distance et sur site

  • Evolution des modes de management

  • Accompagnements et formations associées à ces nouvelles façons de travailler.

Bref :

  • dans la catégorie "bravo": Réflexion globale, articulation et interfaces, remise à plat des règles (peut-être iront-ils jusqu'à ne pas oublier les règlements intérieurs),

  • et dans la catégorie "génial" : Evolution des modes de management et Accompagnements et formations.


Enfin un plan à la hauteur d'une transformation et des moyens -affichés- pouvant répondre aux vrais enjeux d'un changement de paradigme avec le télétravail. Bravo PSA !


Et vous, Dirigeants et DRH, ça ne vous donne pas un peu envie de considérer les choses plus globalement et de rentrer résolument et pro-activement dans une nouvelle ère plutôt que de subir ?


#télétravail #management #innovation #QVT #RPS

© 2020  GYGE