Les 8 aventures que vous aurez après le confinement

A quoi ressemblera votre premier jour de retour au travail ?


C’est terre à terre de se poser la question. Mais nous allons tous faire face à une nouvelle « normalité » avec une obsession majeure : réduire les contacts physiques directs ou « communs ».

Quelles différences ? La bise, se serrer la main, se prendre par l’épaule, c’est un contact DIRECT, donc risqué pour l'instant.

Poser sa main sur le contrôle d’accès du site, prendre une poignée de porte, prendre le stylo à l’accueil pour écrire son nom dans le cahier des visiteurs, c’est un point de contact COMMUN. Et vous savez quoi ? C'est risqué également...


A la fin du confinement, on va donc se lever un peu plus tôt car on a bien pris le pli en six semaine de dormir un peu plus puisqu’il n’y a pas de trajet à faire. Que vous soyez un télétravailleur F, R, E ou D, vous devez retourner au bureau ! Enthousiaste de revoir les collègues, mais...


I. Se préparer

Déjà, vous avez perdu l’habitude de vous préparer pour sortir. Il y a longtemps que vous avez coupé la caméra pour les Skype, Teams, Zoom ou Slack. Se lever, c’est OK, mais il faut s’habiller, se préparer, déjeuner. OK, c’est faisable ! je suis d’attaque !

Mais au moment de partir, d’un coup, vous avez un gros doute… Je mets des gants ? Pourtant il fait 22°C… Je mets un masque ? de toute façon ils vont m’en donner au travail… Allez, j’en prends au cas où…


II. Départ de la maison

Si vous avez une voiture, vous n’avez pas vraiment envie de reprendre les embouteillages. Prendre à nouveau le bus, le métro, le RER… Bof. Je vais y aller à vélo ? Trop loin, trop fatiguant. Une trottinette électrique ? Pourquoi pas, il suffit d’aller la pêcher vu que pendant le confinement, les fleuves ont commencé à « rejeter naturellement » les trottinettes lancées par tous les imbéciles qui, en plus, ne savent pas combien, une batterie ça pollue dans la flotte. Ne pas aimer les trottinettes électriques, je comprends, mais c’est pas une raison. Remarquez, ils font pareil avec les vélos...



Bref, tant bien que mal, vous retrouvez le chemin du site « habituel » (avant le COVID-19) de votre boulot en prenant la voiture.


III. 2-La badgeuse (contact commun)

Une fois sur place, que ce soit pour la sécurité du site, pour vos horaires, le premier obstacle vers votre bureau est probablement une badgeuse. Là, sur un site de plusieurs centaines de personnes, dès le matin, vous réalisez qu’il y a un souci. Surtout si votre entreprise est « à la pointe » : elle a mis en place un accès par empreinte de la main.

Heureusement, votre entreprise est restée « classique ». L’accès se fait par badge. Première angoisse : comment je rentre le badge dans la fente ? La solution … les gants que vous avez apportés. Vous en mettez un (car vous n’en avez pris que deux…). Total, vous avez du talc partout et comme vous ne savez pas les quitter sans vous contaminer, c’était inutile.Mais c’est bon pour le moral 😊 de penser que vous avec franchi cette épreuve haut la main (sans jeu de mots).


Prenez 30 secondes pour allez sur ce site (secourisme.net) pour savoir comment bien enlever des gants sans vous contaminer !



IV. L’ascenseur

Ouf, vous êtes rentré(e). Super. Vous arrivez devant l’ascenseur.

Il est à l’arrêt ! En fait, on n’a pas trouvé de solution car il y a un bouton pour appeler et un clavier pour composer votre étage (le 40ième…). La CSSCT du site a fait remarquer que les ascenseurs font 4 m² (2x2) et que seulement quatre personnes peuvent le prendre en se mettant chacune dans un coin si on veut une distance minimum d’un mètre… On pourrait en faire rentrer 9 en théorie, mais c'est jouer avec le feu. Ce n’est pas gagné ! En plus si c’est celle qui est au fond qui doit sortir en premier. le deux qui sont devant sortent d’un mètre minimum. Et le temps que celle de derrière sorte, l’ascenseur est parti…

Donc, la Direction a tranché : pas d’ascenseur pour ne pas alimenter la demande de retrait du poste de travail pour « danger grave et imminent en prenant les ascenseurs » dont le CSE Central l’a menacé.

Vous montez au 40ième à pied… Vous arrivez à votre étage où vous trouvez quelques collègues, tous « en nage » d’être monté de 40 étages à pied. Surtout Charles qui avait oublié son masque dans sa voiture et qui revient juste d’aller le chercher…

C’est là que la cinquième épreuve vous attend.


V. Se saluer

Les prochains « obstacles » sur votre route sont Janine et Pierre. Ce sont d’excellents collègues de bureau, vous vous entendez bien ! Vous vous êtes appelés régulièrement pendant le confinement. Mais comment dire « bonjour » ?


A. Les choses désormais Prohibées :


1. La bise (contact direct)

La bise… c’est fini (un peu comme Capri pour les anciens).

J’en connais qui vont être à la fête, qui ont toujours détesté ce contact trop charnel selon elles/eux. J’en connais qui vont être malheureux car ils ne pourront plus analyser si on commence par la gauche, la droite, qu’on en fait 1, 2, 3 ou 4. Et puis il y aura celles et ceux qui seront malheureux(ses) parce qu’ils ou elles apprécient ce geste de convivialité. Eh oui, la diversité, c’est partout, même dans la bise !


2. Se serrer la main (contact direct)

Là aussi, vous oubliez. Pas certain que ça ne revienne pas, mais dans un premier temps, on va se saluer sans se toucher.


3. Check, high five, high ten, accolade et autres saluts plus ou moins compliqués

Ben c’est pareil : c’est fini … dommage, mais c’est Barrack Obama qui va devoir trouver autre chose à apprendre à Greta Thunberg la prochaine fois qu’il la croise 😉.


B. Les choses en vogue

Vous pouvez vous contenter d’un petit salut de la main, certes, ou envoyer un bisou comme vous le faisiez quand vous aviez 5 ans (et encore). Ou alors, vous adoptez des pratiques différentes. Mais attention aux faux pas !

Crédit photo : DNA

1. Salut du Wushu

Le principe peut sembler simple : une paume sur un poing.

Mais attention de ne pas oublier les significations profondes et de ne pas insulter Janine par mégarde :
  • La main gauche est ouverte, elle représente la connaissance. Le pouce de cette main nous incarne en tant qu’individu. Il doit donc être replié, montrant ainsi l’humilité du pratiquant face aux arts martiaux, à l’enseignement et au professeur.

  • La main droite est fermée en poing et symbolise le courage et le combat. Le pouce est au-dessus des autres doigts. On peut éventuellement pivoter légèrement le poignet vers l’extérieur pour montrer les doigts, 😊 un signe d’ouverture et de générosité.

L’association de la main ouverte et du poing évoque donc l’entrée intelligente dans le combat, dans toute sa complexité, son respect et ses valeurs. Des doigts légèrement fléchis au niveau de la main gauche, englobant ainsi le poing, renforcent ces idées.

A l’inverse, les deux mains décollées avec le poing dirigé vers l’autre peut être pris comme une provocation, une matérialisation ferme de son animosité envers l’autre.


2. Le Wai

Le Wai est le mode traditionnel de salutation et de remerciement thaïlandais. Il reste majoritairement pratiqué, même si dans les milieux occidentalisés il ÉTAIT souvent suivi d'une poignée de main. Le geste de base est de joindre les deux paumes de mains devant la poitrine, doigts tendus, en esquissant une légère flexion du buste ou de la tête.


3. Namasté

Namasté ou namaskar ou namaskaram est communément employé pour dire bonjour et au revoir en Inde ou au Népal.

Traditionnellement, on l'exécute selon de trois manières différentes, mais toujours avec les paumes jointes : en élevant les mains au-dessus de la tête pour saluer Dieu, en les élevant à la hauteur du visage pour saluer le guide spirituel (guru), ou encore en les soulevant à la hauteur de la poitrine pour saluer ses semblables.

Donc, faites bien attention à quel message vous voulez envoyer à votre DG si vous le croisez…

4. OK

Une façon de faire est juste de mettre un pouce en l’air, genre « tout va bien ». Attention cependant de ne pas trop insister ou d’avoir la maladresse de le faire avec les deux mains. Deux pouces en l’air pourront être vu comme une tentative de se rapprocher et ce geste maladroit pourrait être catégorisé comme du harcèlement sexuel. Par les temps qui courent, on n’est jamais trop prudent !


C. Original et créatif

Sinon, vous pouvez être certains que des petits malins vont proposer de faire un DAB, d’autres un éclair à la Hussein Bolt. Il se trouve qu’un des jeux que je propose… [c’est la pause publicitaire pour ceux qui sont arrivé jusque là...].



VI. Se parler (contact direct)

Vu la configuration des locaux, déjà on va éviter celles (si, si, il y en a) et ceux qui postillonnent. Fini les grandes envolées lyriques ou les grands gestes amicaux. Les marseillais (j'en suis...) vont pêcher des poissons plus petits pour ne pas envahir l’espace des autres.

Mais dans l’ensemble, se parler n’est pas un problème, surtout que chacun a fait un masque "maison".


VII. Et j’arrive au bureau

J’avais oublié, nous sommes passés en Flex-Office. L’avantage c’est que nous avons notre matériel PERSONNEL dans notre casier individuel, et avec François qui se trompe toujours de casier… J’angoisse. Mais bon allons-y.

Au fait, je m’installe où ? Comme chacun se met le plus loin possible des autres. Claudette et Jacques se sont mis aux deux extrémités de l’espace. Personne n’a trop noté quand Annie s’est assise pile au milieu (la plus éloignée possible des deux). Mais quand Patrice est arrivé, il a choisi de se mettre entre Jacques et Annie (le plus loin possible des deux). Le regard de Claudette l’a fusillé sur place quand il a tenté de s'assoir entre Jacques et elle !

Il est vrai que les hommes ont un avantage dans cette situation avec un réflexe acquis très jeune dans la gestion des toilettes pour hommes. Si vous ne voyez pas ce que je veux dire, il faut lire Le dixième volume du petit Spirou « Tu comprendras quand tu seras grand ! » des excellents Tome et Janry.


VIII. Et après

Après, ce sera la machine à café qui va beaucoup moins servir, ce sera les toilettes (non, non, ce n’est pas une obsession !). Et puis le self est au rez-de-chaussée. Quarante étages à redescendre, les plateaux, les couverts, l’assiette. Heureusement, j’avais prévu et j'ai amené de quoi manger. Je suis le/la meilleur(e), sauf que j’ai oublié mon sandwich jambon beurre dans la voiture...

Ce soir, c’est décidé, je demande à passer en télétravail permanent ! Je demanderai aussi une formation, au cas où mon entreprise considèrerait, finalement, que le fait d'être productif de manière pérenne en télétravail, c'est important.


En attendant, prenez soin de vous, de vos enfants et de votre famille. Le confinement, c’est pour notre bien à tous.

Pour ❌ le 🦠 :

  • 👨‍👩‍👧‍👦 Respectez le confinement.

  • 🚫🤦 Ne touchez pas votre visage.

  • 🚫🤧🤲 N'éternuez pas dans vos mains.

  • ✅🤧💪 Éternuez dans vos coudes.

  • 🧼🖐⏲2️0️  Lavez-vous les mains régulièrement (au moins 20 secondes).

  • 🚫🛒😡 Quand vous faites vos courses, inutile de prendre tout ce qu'il reste. Là aussi, pensez aux autres 💕.s

Bon courage 😉

© 2020  GYGE