Comment se préparer à atteindre son objectif grâce à DROP (WOOP)?

Ou … « Vouloir, c’est pouvoir »… en restant sur ses gardes !


Yves-Alexandre Thalmann vient de publier un article dans le N°127 de Cerveau et Psycho qui fait le point sur la « pensée positive ». IL faut avouer qu’il est très actif dans ce domaine en France et vous trouverez ici un petit (10 pages) livre blanc dont il est l’auteur intitulé « Pensée positive 2.0 : activateur de réussite »

La « pensée positive » dans le milieu du développement personnel, ne fait pas référence à l’optimisme (qualifié de « perspective positive » en intelligence émotionnelle), mais aux supposés pouvoirs de la pensée pour la réalisation de nos objectifs.

Il ne s’agit pas des facultés de raisonnement, d’imagination, de concentration ou de persévérance de la personne, mais de pouvoir insoupçonné qu’aurait la pensée à attirer ce qui est en phase avec elle. On parle alors de « loi d’attraction ». En clair, on dit que les pensées positives attirent événements positifs dans notre vie. C’est bien sûr aussi valable pour les pensées négatives qu’il faut donc écarter à tout prix.

Mais qu’en est-il de cette théorie, sympathique au demeurant, quand on essaye de prouver son bénéfice scientifiquement.

Pour cela diverses expériences ont été conduites. Les travaux de Gabriele Oettingen, professeure de psychologie aux universités de New York et de Hambourg, en particulier, se sont concentrés dans ce domaine et ont exploré trois directions :

  1. La pensée positive « classique » était mise en œuvre à travers des visualisations dites « créatrices » : les sujets devaient s’imaginer avec le plus de détails possible leurs objectifs comme déjà atteints et en ressentir par avance toute la satisfaction qui en découlerait.

  2. Un second groupe avait pour consigne de penser à tout ce qui pourrait les empêcher de réaliser leur rêve.

  3. Les membres du troisième groupe étaient invités à visualiser la réussite, puis à imaginer un obstacle qui pourrait entraver l’atteinte de leur objectif ainsi qu’une manière d’y remédier.

Les résultats obtenus penchent en faveur de la troisième façon de procéder. EN accord avec ses constatations, Gabriele Oettingen propose une approche DROP en quatre points pour celles et ceux qui ont envie de préparer au mieux afin d’atteindre son objectif :

  1. Identifier le Désir (l’objectif),

  2. Visualiser sa Réalisation,

  3. Imaginer un Obstacle et

  4. Planifier une parade à cet obstacle. Etablir un tel plan d’actions n’est valable que si l’obstacle dépend, à un certain degré, de nous ou que nous avons de l’influence sur ce souci.

A méditer de façon positive, donc…

© 2020  GYGE