Vous préférez télétravailler où ?

Actineo a publié son Baromètre biennal le 21 mars. Ce baromètre vise à décrypter, analyser et mesurer l’évolution des modes de vie des Français au travail. Cette édition complète très bien l’excellente enquête sur le #télétravail du début de l’année de Malakoff Médéric.

Les résultats (79 pages) dépassent largement le cadre du seul télétravail, puisqu’il explore à la fois le profil des actifs travaillant dans un bureau, la satisfaction au travail, les espaces de travail, la « nomadicité », les tiers lieux, le désir des travailleurs et termine par un focus sur les Millennials.


Un baromètre très riche donc, avec de nombreux enseignements dont un nombre intéressant est lié au télétravail.


En particulier, Actinéo s’est intéressé au nomadisme, donc, pour savoir si celui-ci était choisi ou subi par les Français, et s’ils étaient satisfaits des lieux dans lesquels ils travaillent : espaces de coworking, à la maison, voire à l’hôtel ou au restaurant...


Commençons par les statistiques du télétravail. Pour une fois, deux enquêtes successives donnent des taux de télétravail identiques avec 29% de la population interrogée qui déclare télétravailler. Malheureusement, seul ce montant global concorde puisque dans le baromètre Actinéo, 70% des télétravail disent bénéficier d’un cadre juridique (contrat) établi entre l’entreprise et le télétravailleur. Pour rappel, ce taux était de 31% dans l’enquête Malakoff-Médéric.

En dehors de ce constat divergent, on retrouve un très fort taux de satisfaction de la part de la part des télétravailleurs.

Concernant les lieux, le domicile est à nouveau plébiscité comme préféré pour télétravailler avec 82% des pratiquants qui disent que "ça leur plait d’y travailler". Le domicile est devant tous les autres lieux de travail pour ceux qui pratiquent le nomadisme en étant suivi du réseau de proximité et des espaces de coworking en plein essor et… des bibliothèques publiques.



Concernant le domicile, la satisfaction se reflète dans l’appréciation de tous les paramètres de confort (boire, se détendre, bruit, éclairage, chaud/froid, …). Cependant, le baromètre fait ressortir 4 thèmes d’amélioration potentiels:

  • L'ergonomie, le confort du siège sur lequel je travaille

  • L'ergonomie, le confort de la table sur laquelle je travaille

  • La possibilité d'organiser une conférence téléphonique

  • La possibilité d'organiser une réunion de travail

Les deux premiers thèmes sont un levier clair de progrès pour les entreprises qui, pour la plupart, n’accompagnent pas encore l’installation de travail chez le télétravailleur. Bien sur, certains diront « il manquerait plus que ça… ». Mais quand on a un travailleur dans un espace de travail qui ne favorise pas pleinement sa productivité de 20% à 100% de son temps de travail, est-ce la meilleure solution de considérer que ce n’est pas un sujet pour l’entreprise ?


Pour ce qui est d’organiser des conférences ou des réunions, on est sur des outils digitaux avec des résultats qui reflètent probablement un déficit de matériel, potentiellement, mais surtout de formation comme le mettait en lumière l’enquête Malakoff-Médéric. En effet, à titre d’exemple, 85% des managers désireraient bénéficier de formations/sensibilisations aux spécificités du télétravail (nouveaux outils de travail à distance, bonnes pratiques, risques) alors que seulement 31% en bénéficient lors de la mise en place du télétravail dans leurs équipes.

Au-delà du domicile, l’utilisation des tiers-lieux est en très forte augmentation, même si le domicile reste loin devant.


Conclusion

Le rapport contient un tableau de résumé intéressant des satisfactions les plus fortes et les plus mauvais scores, selon les pratiquants, des principaux lieux de télétravail.



Concernant le lieu préféré des télétravailleurs (le domicile), l’enjeu est de savoir si, avec l'extension et la banalisation de l'offre de télétravail, les entreprises développeront un intérêt grandissant pour ces sujets de productivité et d’avenir. On peut remarquer qu'entre le coût d’un bureau sur un site, d’une location en coworking ou du matériel dont il est question, il y a une énorme différence.

Les avantages sont multiples de s’intéresser à ce sujet : la santé de ses salariés, avant tout, mais aussi le fait d’avoir un environnement performant et qui rappelle qu’on est bien au travail quand on télétravaille. De plus, avec la bataille actuelle autour du recrutement des talents, de nouveaux leviers, simples, peu onéreux et de bon sens, devront probablement émerger pour qu'une entreprise authentiquement innovante puisse se distinguer sur le thème de la qualité de vie au [télé]travail.

© 2020  GYGE