Perception de l'égalité des chances en 2020 ?


Les années passent, mais l’inquiétude demeure… Une fois encore, en 2020, l’âge arrive en tête des craintes de discrimination des salariés du secteur privé interrogés par l’institut Kantar/TNS pour le Medef. 1502 personnes ont répondu à ce 9ième Baromètre de la perception de l’égalité des chances. Le rapport est directement consultable sur cette page.





On trouve plusieurs enseignements intéressants dans cette récente publication d'octobre 2020.


Sujets prioritaires pour les salariés

  • Avec des scores impressionnants et amplifiés par rapport au 8ième baromètre, la santé et la sécurité sont considérés comme deux sujets jugés prioritaires ou importants en entreprise par 96% des salariés.

  • La Qualité de Vie au Travail arrive juste derrière avec 95%. Depuis que les entreprises ont compris que la « QVT » n’est pas une affaire de babyfoot ou de salle de repos, on a fait de gros progrès. On intègre de mieux en mieux que la QVT est une approche qui repose dans un premier temps sur une politique efficace de prévention des risques psychosociaux. Comme ceux-ci restent un sujet de santé et de sécurité, la boucle est bouclée avec le premier sujet.

  • Talonnant les deux premiers, "l’égalité des chances" recueille 90% des suffrages. On peut également rappeler ici que sans égalité des chances, pas d’équité, sans équité pas de sentiment de justice, sans elle, pas de bonne ambiance, pas de fierté d’appartenance, pas de qualité de vie au travail, pas de santé mentale.

Bref, on peut voir une excellente homogénéité dans ces réponses.



Constats positifs

Deux points positifs avant tout :

  • 65 % des personnes interrogées considèrent que leur manager direct est un bon manager, ce qui est très réconfortant dans le contexte « CoViD » dans lequel ce questionnaire a été réalisé. Il reste une marge de progrès, mais 2/3, c'est déjà bien.

  • 81 % des personnes interrogées estiment que leur entreprise représente bien la diversité de la société. Attention, cette réponse me rappelle celle donnée dans d’autres sondages pour l’environnement « les entreprises ne prennent pas en compte l’environnement, mais la mienne, elle le fait ! ». Je ne suis pas certain que nous soyons tous convaincus que 81% des entreprises reflètent la diversité de la Société actuelle par la diversité de leurs salarié(e)s, mais bon, admettons.


Mais…

Malgré ces bonnes orientations, la crainte d’être un jour victime de discrimination sur son lieu de travail ou à l’embauche augmente.

En 2020, après plusieurs années de baisse, les craintes de discrimination en entreprise redeviennent aussi importantes qu’il y a 5 ans : 56 % des salariés interrogés pensent qu’ils pourraient un jour être victime de discrimination à l’embauche.

Pour les personnes qui craignent d’être un jour victime de discrimination dans leur entreprise, l’âge (39 %) reste et de loin la source potentielle de discrimination la plus crainte. Il est suivi de l’apparence physique (25 %) et de l’état de santé (maladie hors handicap) (20 %).


Même si ce n'est pas une surprise, on notera que les craintes de discrimination ne sont pas les mêmes en fonction du sexe :

  • Le critère de l’âge reste la principale crainte de discrimination chez les femmes (43 %) et chez les hommes (36 %).

  • Les femmes ont ensuite peur de se faire discriminer en raison de leur sexe (28 %, crainte qui n’est que de 8 % chez les hommes) et de leur apparence physique (27 %).

  • Du côté des hommes, l’apparence physique (23 %) apparait comme la deuxième crainte de discrimination, suivi par l’état de santé, maladie hors handicap (21 %) et les opinions politiques (21 %, crainte qui n’est que de 8 % chez les femmes).




Il y a d’autres résultats intéressants dans cette étude assez synthétique pour faire réfléchir au chemin parcouru et à celui qui reste à parcourir qu’on soit employeur ou employé(e)… N'hésitez pas à la consulter.

© 2020-2021  GYGE France