70% des cadres qui ne télétravaillent pas régulièrement voudraient télétravailler

Le 18ième baromètre Cadremploi-IFOP a été publié le 21 mars 2019.


Ce baromètre contient quelques données intéressantes concernant le #télétravail qui concerne la population cadre des entreprises et qui complète de manière intéressant la récente enquête Malakoff-Médéric.



23% des cadres désirent trouver une localisation d'entreprise plus proche de leur domicile ou pouvoir télétravailler. Cette motivation qui arrive au coude à coude avec la sécurité de l'emploi (citée par seulement 22% des participants) est en progression. Le télétravail arrive au 5ième rang des attentes prioritaires, les cadres cherchant selon cette enquête, avant tout, à gagner plus et une bonne ambiance de travail.

Mais combien sont-ils à sauter le pas du télétravail selon cet échantillon de 1.000 cadres ?

Ils sont 15% à télétravailler de manière régulière (ils étaient seulement 9% selon la même enquête en 2013). 30% supplémentaires de cadres disent être occasionnellement en télétravail. La progression est faible sur ce mode "irrégulier" puisque 28% des cadres précisaient déjà bénéficier de ce type de télétravail selon la même enquête en 2013.

Les 55% restant confirmant qu'ils ne sont jamais en télétravail. Donc,cette enquête compte 45% au total de cadres télétravailleurs (réguliers ou pas...) en progression globale de 8 points en six ans.


Ce total est notablement plus élevé que les 29% de télétravailleurs (cadres et non cadres) mentionnés par Malakoff-Médéric pour la population totale de l'entreprise. Comme il est mentionné dans cette enquête que 51% des télétravailleurs sont cadres, les pourcentages divergent donc grandement. Tout le monde s'accorde cependant sur un point : le télétravail gagne du terrain.


La dernière question du panel Cadremploi concernant le télétravail est intéressante à plus d'un titre "souhaitez vous exercer votre activité en télétravail de façon régulière".

70% des cadres ne télétravaillant pas voudraient télétravailler même si la majorité ne peut pas le faire du fait de la profession exercée

Avant tout, rappelons que ce mode de travail n'a plus besoin d'être "régulier", au sens strict, c'est à dire de télétravailler toujours les mêmes jours de la semaine. 70% des cadres qui ne télétravaillent pas régulièrement désireraient pouvoir bénéficier cependant de ce mode de travail.


34% reconnaissent que l'activité qu'ils exercent ne permet pas de télétravailler. Pour cette catégorie, le télétravail est donc impossible, sauf à changer de métier. 23% envisagent d'en faire la demande et 13% ont déjà formulé une demande et ont essuyé un refus.


Donc si l'on en croit ce panel, on a 15% de cadres télétravailleurs réguliers et 36% qui voudraient et pourraient. On peut donc dire que la demande réalisable de la population cadre pour un télétravail régulier est d'un peu plus que la moitié de la population en entreprise. On est donc encore loin d'avoir satisfait la demande en provenance de cette population actuellement, malgré les changements législatifs de fin 2017. Rappelons au passage que 66% du ministère des finances belge télétravaille, ce qui montre qu'au-delà de la loi, certains freins subsistent en France.

© 2020  GYGE