Évacuer votre colère au travail ?

On peut ressentir toutes sortes d'émotions au travail. Contrairement à ce que beaucoup pensent, les émotions sont nos amies. Elles nous servent avant tout à être averti, elles nous aident à nous défendre, à tisser un lien social et à prendre des décisions.

Mais dans l'environnement moderne du travail, l'expression de ses émotions peut être très inadaptée si elle reste "brute".


Cependant, ne pas les exprimer c'est faire comme un enfant qui espère arrêter le cours d'une rivière grâce à un barrage de pierres et de branches : l'eau déborde, trouve un autre passage et même emporte le barrage un jour de fortes pluies.

Après ce qu'une personne peut considérer comme une agression, deux émotions prédominent souvent : la peur et la colère.

Dans " La peur: à quoi ça sert et comment ça fonctionne ?", nous avons parlé rapidement de la peur, cette émotion de survie. La peur peut contribuer, si elle devient chronique à développer un stress dont on voit, même chez les moutons, l'effet inhibiteur de l'exploration et donc de la créativité qui est la source de l'innovation (voir "Que nous apprennent les moutons sur l'innovation en entreprise ?").


La colère est une autre émotion de survie. La colère "surchauffe" notre organisme pour l'attaque et cherche déjà à décourager notre opposant par notre aspect physique menaçant. Mais la colère que l'on ressent peut s'évacuer de différentes façons en déclenchant des mécanismes de défense afin d'évacuer le comportement agressif qu'elle déclenche.


Il existe, des articles de compilation qui explorent ce domaine de façon approfondie. Il n’existe pas de consensus sur le nombre de mécanismes de défense qui sont très variables selon les auteurs. De plus, il existe différents classements de ces mécanismes . François Lelord et Christophe André ont publié en 2001 chez Odile Jacob "La force des émotions". Ils décrivent dans cet ouvrage des mécanismes de défense potentiels dans le cadre de l'environnement de travail.


La situation (purement fictive)

En tant que chef de multiples projets vous êtes en train de travailler sur un dossier complexe et urgent. Votre supérieur hiérarchique arrive comme une furie et vous dit de vous secouer et d'aller plus vite et repart. En partant, elle ajoute qu'elle a discuté avec les autres membres de son comité et qu'ils trouvent que vous ne souriez plus "comme avant" et, qu'à cause de vous, l'ambiance serait déplorable...


Situation déclenchant la colère

Immédiatement, la "boite à interprétations" se met en route dans votre cerveau, d'autant plus que, comme d'habitude, elle n'a même pas eu la politesse de dire bonjour en entrant, de vous laisser une chance d'échanger. Les sentiments d'injustice, de manque de reconnaissance, de frustration, de lâcheté, d'incompétence se bousculent. Bref, la température intérieure monte !

Comment réagissez vous ?

Vous trouverez ci-dessous dix des treize mécanismes de défense "classiques" sans légende. Essayez de trouver le maximum de ces mécanismes avant de lire la suite.


Mécanismes de défense

Les mécanismes de défense face à cette situation..


Passage à l'acte

Vous l'insultez en retour... Scénario rare en entreprise pour des raisons assez évidentes.


Déplacement

Après son départ, vous passez votre rage sur votre assistante ou toute personne qui fera l'affaire (habituellement moins "dangereuse" que l'agresseur initial): un membre de vos équipes, votre conjoint, vos enfants, ... Notez d'ailleurs que si votre patron a débarqué ainsi dans votre bureau, c'est peut-être qu'il/elle a choisi inconsciemment ce mode de défense... Cette situation est nettement plus fréquente. Elle peut donner lieu à une cascade de reproches qui traverse la hiérarchie pour éventuellement aboutir dans la sphère privée également.


Régression

Vous allez directement au distributeur de chocolat et boissons stratégiquement placé à votre étage et prenez un échantillon de toutes les barres chocolatées que vous trouvez et vous les dévorez goulument. Alternativement, vous allez faire des courses et vous achetez des choses totalement inutiles ou deux fois plus que ce dont vous avez besoin. C'est fou ce que c'est relaxant sur l'instant, mais attention à l'effet boomerang quand vous faites vos comptes à la fin du mois...


Rêverie

Plus tard, Vous rêvez que vous êtes vous-même le patron de votre patron et que vous êtes en train de l'humilier. Cette façon peut aussi être très relaxante, mais ce n'est pas non plus une bonne solution, même si elle est moins blessante pour l'entourage...


Somatisation

Plus tard, vous avez mal à la tête et/ou au ventre. La "digestion" de votre colère est intériorisée et difficile. On est rongé de l'intérieur.


Isolation

Vous vivez la scène dans un état de parfaite indifférence émotionnelle (vous vous coupez de vos émotions).


Formation réactionnelle

Vous adoptez le rôle du collaborateur respectueux et soumis. Réflexe ancestral de soumission à l'autorité, souvent choisi en conjonction avec un autre mécanisme de défense...


Rationalisation

Vous justifiez à vos propres yeux votre réaction par des arguments rationnels. "Le salaire est bon", "vu le taux de chômage", "il/elle part à la retraite dans six mois", "j'ai des responsabilités envers ma famille", ...


Dissociation

Vous vous détachez de la réalité. Vous vous sentez étouffer de rage et vous vous évanouissez...


Projection

Vous pensez qu'il/elle vous hait (et vous lui attribuez votre propre haine à son égard). Systématique, c'est une des voies qui mène à la paranoïa...


Mécanismes de défense

Il existe trois mécanismes supplémentaires qui peuvent être qualifiés d'"adultes". Ils permettent de mieux vous adapter à la situation sans nier la réalité



La suppression

Vous trouvez tout cela bien pénible, mais vous décidez de ne plus y penser (AUTHENTIQUEMENT !). Bravo, ce n'est pas si évident d'y arriver.


La sublimation

Le soir, vous allez militer pour une noble cause au sein d'une association caritative. Vous sentir utile et valorisé(e) vous permet d'évacuer le stress et en plus de faire le bien autour de vous: le Graal des mécanismes de défense. Se défouler positivement. Ce mécanisme peut aussi s'appliquer au sport: on court plus vite, on pédale plus fort par moment en évacuant la colère : "je vais lui montrer"... De même si vous avez une âme d'artiste, la colère peut être source d'inspirations et vous donner l'énergie de sculpter cette pierre ou peindre ce tableau avec rage...


L'humour

Vous vous amusez du fait que votre patron qui passe sa journée à ne pas faire grand chose, et qui par son manque de charisme laisse une ambiance déplorable s'installer, vous fait des reproche d'un niveau digne d'une cours de maternelle, sans même vérifier ses sources.


Conclusion

Bien sûr, la plupart du temps, plusieurs de ces mécanismes rentrent en jeu. La gestion de ses émotions est l'un des aspects de la fameuse "intelligence émotionnelle". Mais connaitre ses émotions et savoir ce qu'elles peuvent déclencher inconsciemment est un pas déjà souvent difficile à franchir.

La conscience de l'existence de ces mécanismes sert à comprendre et à essayer de canaliser le surplus d'énergie brute généré dans ce genre de situation... la plupart du temps. Ce n'est bien sûr jamais parfait, mais c'est mieux que rien 😊.

© 2020  GYGE